Présidentielle 2019 – Macky SALL ou la malédiction du 3ème mandat.

Dans le cercle très fermé des gens du pétrole, ainsi qu’on nous l’a rabâché, ces derniers mois, à Saint-Louis, à l’occasion de séminaires organisés dans la perspective de l’exploitation prochaine de gisements de gaz et de pétrole découverts aux larges du Grand bleu, la malédiction du pétrole c’est quand, avec l’arrivée de cette manne céleste dans une localité, l’on relègue, au second plan, toutes les autres activités qui sous-tendent, habituellement, l’économie de la zone. Pour ne se focaliser que sur le pétrole et ses effets induits ! On mange, on boit, on dort Pétrole et Gaz ! Transposée sur la politique politicienne sous nos tropiques, il nous est loisible de prendre la jurisprudence Macky SALL. Au Sénégal, bon nombre de concitoyens estiment que l’action du président Macky SALL a été polluée, ces sept dernières années, durant son magistère, par la hantise du second mandat. Le successeur de Wade a été omnubilé par le prolongement de ses privilèges présidentiels, selon ces sénégalais. Macky “Niangal” a surtout, durant ce laps de temps, œuvré pour assouvir cette ambition. L’élève d’Abdoulaye WADE aujourd’hui disciple d’Abdou DIOUF est devenu, par la force des choses, un redoutable politicien. L’opposition l’a appris à ses dépens. En dépit de ses multiples entreprises pour en savoir un peu plus sur le fichier électoral qui s’est positionné comme une forteresse imprenable, l’opposition sénégalaise n’a pu en cerner les contours. N’empêche, miroironeline va, quand même, s’évertuer à pénètrer la logique politique du président Macky SALL. Une entreprise périlleuse d’autant qu’après avoir beaucoup appris aux côtés d’Abdoulaye WADE, Macky SALL est en immersion, ces dernières années chez les socialistes. En plus du duo NIASSE-Tanor qui encadre le président sénégalais, l’ombre du président Abdou DIOUF plane au dessus de Macky SALL. Certains observateurs, bien au fait de la chose politique au Sénégal, qui font bégayer l’histoire, soutiennent que certaines décisions du président Macky SALL rappellent, à bien des égards, la manière dont le président Abdou DIOUF a géré le pays pendant plus de vingt ans. C’est à dire définir une politique assortie de recommandations fortes et l’imposer au peuple, vaille que vaille. La colère de certains sénégalais a été exacerbée par certaines décisions impopulaires et jugées partisanes du président SALL, adossées à une manipulation abusive de la force et de la justice. Sous ce rapport, nos interlocuteurs d’imaginer que dans cinq ans, à la fin de son actuel mandat, deuxième du genre, Macky SALL qui aurait besoin de temps pour terminer ce qu’il a déjà commencé, selon la formule consacrée, trouve les voies et moyens de se maintenir au pouvoir par le truchement de stratégies et autres stratagèmes dont seuls les politiciens ont le secret. Et dans ce schéma, Macky SALL ne serait-il pas rattrapé par son passé ? Et les mêmes causes n’engendreraient-elles pas les mêmes conséquences ?. L’heure n’est-il pas au changement de paradigmes ? Macky SALL et ses alliés ne doivent-ils pas changer de fusil d’épaule ? Aujourd’hui, les sénégalais rêvent d’un président de la République soucieux du bien-être de tous les sénégalais, qui se place au dessus de la mêlée politique tout en logeant tout le monde à la même enseigne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.