Posted in À LA UNE

Cultures Fourragères : Le Ministre de l’ Elevage du Niger en Immersion dans les Fermes de la Téranga 

En Afrique, au fil des ans, la satisfaction en alimentation du bétail devient un casse_tête aussi bien pour les éleveurs que les pouvoirs publics. C’est dans ce contexte de la tyrannie de l’aliment de bétail que « les Fermes de la Téranga » ont pris l’option d’exploiter, à fond, la culture de la luzerne. Déjà 300 hectares y sont destinés à la culture de cette plante fourragère. Ainsi, à la suite du ministre sénégalais de l’élevage, c’est son homologue nigérien qui a fait le déplacement de Colonat, localité située dans la forêt classée du Ndiael. Son séjour dans cette partie du département de Dagana, a permis au ministre Tidjiani Idrissa Abdoul Kadri de constater, de visu, le bon comportement des variétés de luzerne avec des rendements satisfaisants à l’hectare. Dans la foulée, le porte_parole du gouvernement du Niger, qui s’est dit impressionné, n’a pas manqué d’annoncer que son pays va s’inspirer de l’exemple sénégalais. D’autant que le programme de modernisation de l’élevage mis en oeuvre, au Niger, par le président Mohamet Bazoum, est fortement édulcoré par un déficit fourrager quasi permanent.

Posted in À LA UNE

Développement Intègré de la Petite Enfance : L’ Engagement des Maires du Département de Dagana

« Au Sénégal, la prise en charge de la petite enfance demeure une priorité du gouvernement, eu égard à l’importance accordée au Développement Intégré de la Petite Enfance (DIPE) dans le deuxième axe stratégique du Plan Sénégal Emergent (PSE) : capital humain, protection sociale et développement durable.
C’est dans la même optique que le Président de la République a édicté la décision consistant à « généraliser la prise en charge en charge de la petite enfance », lors du Conseil présidentiel sur les Assises de l’Education et de la Formation tenu le 06 Août 2015.
L’ambition est d’assurer une bonne prise en charge de la petite enfance en prenant en compte tous les aspects du développement de l’enfant, notamment l’éducation, la santé, la nutrition, la protection, l’éveil et la stimulation précoces.
C’est pourquoi, le Gouvernement dans le processus de recherche de financements auprès des partenaires au développement a obtenu de la République de Corée, à travers l’Agence Coréenne de Coopération Internationale (KOICA), un financement pour la mise en œuvre d’un projet dénommé « Développement de la Petite Enfance : Education de la petite enfance et préparation scolaire du jeune enfant au Sénégal » 2018-2023 ».
Ce financement d’un montant de deux milliards huit cent soixante-quatorze millions deux cent soixante-douze mille (2 874 272 000) FCFA permettra de couvrir dans le cadre du projet les régions de Saint-Louis et de Louga. Il s’agira d’améliorer ainsi l’accès aux services de développement de la petite enfance, la qualité des interventions et la gouvernance des structures DIPE dans ces dites régions.
Pour rappel, un mémorandum d’entente a été conclu entre la KOICA et le Gouvernement du Sénégal à travers le Ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants (MFFGPE), le 14 juin 2019 et le comité de pilotage, organe décisionnel dudit projet, est mis en place par arrêté ministériel n° 007523 du 09 mars 2020.
Dans le contexte de l’Acte III de la décentralisation et des compétences qui leur sont transférées dans le domaine de l’éducation et de la formation, les collectivités territoriales sont des acteurs clés dans la mise en œuvre du projet. Pour leur permettre de jouer pleinement ce rôle, il est nécessaire de renforcer les capacités des collectivités territoriales sur le développement intégré de la petite enfance qu’elle puisse l’intégrer dans les politiques territoriales de développement.
Par ailleurs, un contrat d’engagement a été élaboré et partagé avec les collectivités territoriales, lors d’un atelier de relance suite aux élections locales. Il s’agit, présentement, d’organiser une rencontre pour renforcer leurs capacités et saisir l’occasion pour signer lesdits contrats sous la présence des autorités administratives, de l’ANPECTP et académiques.
C’est dans ce cadre que s’inscrit cette requête portant organisation d’un atelier de renforcement de capacités des élus locaux sur le développement intégré de la petite
2

enfance et de signature des contrats d’engagement avec les Maires des départements de Louga et Dagana

  1. Objectifs
    2 .1Objectif général
    Renforcer les capacités élus locaux sur le développement intégré de la petite enfance des départements de Louga et de Dagana.
    2.2 Objectifs spécifiques
    ➢ Partager avec les élus locaux des départements de Louga et de Dagana les orientations politiques et les attentes en matière de prise en charge de la petite enfance ;
    ➢ Amener les élus locaux à mettre en place des budgets sensibles à la petite enfance ;
    ➢ Faire signer les contrats d’engagement par les collectivités territoriales des deux départements ».
Posted in À LA UNE

Dagana : Les Jeunes Réclament Plus d’ Attention de la Part des Collectivités et des Structures Etatiques

Le département de Dagana, dans son entièreté, est gâté par la nature. Les largesses célestes sont visibles â tous les niveaux. Du soleil, de l’eau, des terres arrables, des ressources humaines de qualité.. Mais la vaillante jeunesse, symbole d’ espoir, peine à s’y frayer un chemin. La cérémonie de lancement de la semaine départementale a été une tribune pour, encore, remettre au goût du jour, cette vieille rengaine.

Posted in À LA UNE

Journée de l’ Excellence au Lycée Technique André Peytavin : Quand les Anciens Montrent la Voie à leurs Jeunes Camarades

Au Lycée Technique André Peytavin, les anciens s’évertuent à baliser le terrain au profit de leurs jeunes camarades. Devenus, pour l’essentiel, des sommités dans leur domaine, ces anciens ( et anciennes ) de Ltap, regroupés au sein d’une amicale, ne manquent, jamais, l’occasion d’œuvrer pour le bien du lycée et de ses pensionnaires. En plus des actions sociales et autres oeuvres de bienfaisance, chaque année, l’amicale décerne une prime spéciale à l’élève ayant obtenu la meilleure note. Histoire de susciter une saine concurrence entre les apprenants…

Posted in À LA UNE

Tabaski 2022 : Face à la Hantise du Bélier La Tutulle Mise sur la Mobilisation des Eleveurs

Au Sénégal, c’est l’inquiétude chez bon nombre de chefs de famille à un mois de la fête de la Tabaski. La peur de n’avoir pas un mouton pour perpétuer le sacrifice d’ Abraham commence à trotter dans l’esprit des uns et des autres. Pour l’heure, les forails sont quasi_déserts tandis que l’embargo imposé au Mali risque de priver le Sénégal de l’arrivée de milliers de moutons. Entamant sa traditionnelle ” tournée nationale de mobilisation de l’ offre en mouton “, le ministre de l’élevage affiche, pourtant un optimisme béat. Interrogé à l’occasion de son passage dans la région de Saint_Louis, aprés ses premières visites de terrain, Aly Saleh Diop dit pouvoir compter sur la mobilisation des éleveurs et autres intervenants du secteur pour que chaque concitoyen dispose d’un bélier pour la fête de l’ Aid El Kébir.

Posted in À LA UNE

Cultures Fourragères Le Ministre de l’ Elevage Salue les Performances des Fermes de la Téranga, ex Senhuile

Mettant à profit son passage dans le Nord du pays, à l’occasion de la traditionnelle tournée d’avant_Tabaski, le ministre de l’élevage s’est rendu dans les installations des Fermes de la Téranga ex Senhuile. Sur place, Aly Saleh Diop a magnifié la bonne tenue d’ensemble des 300 hectares destinés à la culture fourragère. Quand bien même le pays sort de la saison sans pluie, les différentes variétés de luzerne, plantées sur place, affichent une verdure rayonnante. A l’issue de sa visite, le ministre a souhaité que cette belle réussite fasse tâche d’huile partout au Sénégal. Surtout dans ce contexte de tyrannie de l’aliment de bétail.

Posted in Non classé

Saint Louis : La Société Civile Y Partage son Pan du Pgo

Posted in À LA UNE

Autonomisation des Femmes : Le Fongip Alloue 100 Millions Fcfa au Refan

DISCOURS DE L’ADMINISTRATEUR GENERAL

Monsieur le Gouverneur de la région de Saint Louis, Monsieur le préfet du Département de DAGANA, Monsieur le Secrétaire Général du FONGIP, Monsieur le Président du Conseil Départemental de DAGANA, Monsieur le Maire de la Commune de Richard Toll, Messieurs les maires des communes de DAGANA, de RONKH, de DIAMA, Messieurs les Chefs de services régionaux et départementaux, Madame la Présidente du Réseau REFAN, Monsieur le Directeur Régional du Crédit Mutuel du Sénégal, Honorables invités, en vos rangs, titres et qualités respectifs, Chers amis de la presse

C’est avec un réel plaisir que je reviens avec mes équipes dans la région de Saint-Louis, précisément, ici à Richard Toll, pour le lancement du mécanisme de financement du Réseau des Femmes Agricultrices du NORD (le REFAN), dirigé par Madame Korka DIAW.Ce financement, je dois le dire, matérialise un engagement que nous pris lors du CRD dédié aux acteurs économiques de la région de Saint-Louis et tenu le 08 octobre 2021, sous la présidence du Gouverneur. Cette importante rencontre a été l’occasion de partager les nouveaux programmes du FONGIP avec tous les acteurs économiques de la région, ainsi que notre modèle d’intervention en direction des intermédiaires financiers (SFD, Banques) et des bénéficiaires finaux (PME/PMI, groupements de femmes, groupements de jeunes et porteurs de projets).C’est ainsi que de nombreux promoteurs et SFD parmi lesquels le réseau FEPRODES, la MEC AFER et le réseau REFAN ont saisi l’opportunité pour bénéficier des nouveaux mécanismes de financement mis en place par le FONGIP avec ses partenaires financiers. La présence du Crédit Mutuel du Sénégal, un de nos partenaires privilégiés, est donc un signe révélateur de notre volonté commune de consolider les actions de financement engagées à la faveur de la convention de refinancement de 500 millions de FCFA, dans le cadre du programme XEYU NDAW GNI.En effet, la mise en œuvre de cette convention entre le FONGIP et le Crédit Mutuel du Sénégal a permis de lever des financements d’un montant total de 674 millions de FCFA en faveur de 915 bénéficiaires et de créer ainsi de nouveaux emplois. Dans le même sillage, l’enveloppe de garantie au niveau du Crédit Mutuel du Sénégal a connu une augmentation de 500 millions de FCFA, la portant ainsi à un (1) milliard de Francs CFA avec un effet de levier de 2, pour davantage accompagner les acteurs économiques. Au demeurant, le financement de 100 millions de FCFA au profit des femmes du Réseau- REFAN- s’inscrit parfaitement dans le cadre de la convention qui nous lie avec le CMS. Il s’agit ainsi d’accompagner fortement le réseau-REFAN- regroupant plus de 16.000 membres répartis dans toutes les trois régions du nord et exerçant dans des secteurs d’activités aussi variés que l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, etc.. La présence massive de ces braves femmes bénéficiaires du financement, ici à Richard Toll, témoigne manifestement de la vitalité du réseau et de l’engagement de ses membres à travailler vaillamment à la concrétisation de leurs projets porteurs.Mesdames, MessieursChers invitésLe FONGIP, j’aime à le rappeler, est l’unique instrument public de Garantie, créée en 2013 par l’Etat du Sénégal, pour assurer la promotion des investissements à travers l’amélioration des conditions de financement des opérateurs économiques intervenant dans les filières prioritaires et l’auto-emploi des jeunes. C’est pourquoi la promotion de la compétitivité des PME et le renforcement des filières porteuses de croissance restent des priorités de premier ordre dans l’accomplissement de nos missions qui sont principalement :l’octroi de garanties pour les prêts de financement des projets porteurs de croissance dans les pôles sectoriels prioritaires ;la bonification des prêts des institutions financières en faveur des PME, des groupements de femmes et de jeunes dans les secteurs prioritaires en mettant à leur disposition les ressources d’appoint dans le cadre de conventions signées avec elles ;le conseil et l’assistance technique en faveur des entreprises bénéficiaires de la garantie du Fonds ;le partenariat avec les institutions intervenant dans le domaine de la promotion de l’entreprenariat ;la gestion des fonds de garantie pour le compte de tiers. C’est tout le sens qu’il faut donner à cette intervention qui s’inscrit droite de notre ambition d’élargir le portefeuille d’interventions du FONGIP, à travers une démarche inclusive et de proximité, pour répondre le plus efficacement possible aux attentes des populations. Ainsi, cet exemple de « territorialisation » de nos interventions fait assurément écho à la politique d’inclusion financière si chère au Président de la République, son Excellence, Monsieur Macky SALL. Et le FONGIP ne s’arrêtera pas en si bon chemin. En effet, les interventions seront multipliées pour favoriser la relance des petites et moyennes entreprises et la création de richesses pour les potentiels porteurs de projets.C’est dans ce sens qu’il faut situer la mise en place d’importants programmes, notamment :Le projet Emploi, Transformation Économique et Relance (ETER) financé par la Banque mondiale pour un montant de 25 milliards de FCFA avec un impact positif sur la transformation économique en vue de la reprise et de la création d’emplois. Il s’agit d’accélérer la compétitivité des chaînes de valeurs sélectionnées et celle des micros, petites et moyennes entreprises (MPME) et d’accroître les investissements privés au Sénégal ;Le projet de construction des 100 000 logements : A travers son sous-fonds de garantie dénommé Fonds de Garantie pour l’Accès au Logement (FOGALOG), le FONGIP est chargé d’assurer la gestion de la ligne de garantie confiée par Fonds de l’Habitat Social (FHS) au profit des bénéficiaires de logement.La mise en place du sous fonds de garantie pour l’investissement des Sénégalais de l’Extérieur (FOGARISE) pour faciliter l’accès au financement bancaire des Sénégalais de la Diaspora en vue de l’investissement dans les projets productifs.Mesdames, Messieurs,Chers invitésJe dois rappeler que le FONGIP a injecté à ce jour , pour la seule région de Saint-Louis, deux milliards trois cent vingt-deux millions cent quatre-vingt-dix mille quatre cent quatre-vingt-seize (2 322 190 496) de francs CFA, en termes de garantie ; ce qui a permis de générer et de consolider 1 628 emplois.Aussi, deux milliards quatre-cent quarante millions (2 440 000 000) de francs CFA ont servi à refinancer dix institutions de microfinance qui, à leur tour, ont financé des projets dans des secteurs aussi variés que l’agriculture, l’élevage, la pêche, les télé services, etc., pour un montant global de neuf cent quatre-vingt-onze millions neuf cent cinq mille huit cent quarante-trois (991 905 843) de francs CFA.Récemment, au début de cette année 2022 précisément, le FONGIP a accordé à trois institutions de microfinance qui interviennent dans la région, à savoir MEC PROPAS, MEC AFER NORD et MEC KOILY WIRNDE et MEC FEPRODES des refinancements respectivement à hauteur de soixante-quinze millions (75 000 000), cinquante (50 000 000), deux cent (200 000 000) et Vingt Cinq Millions (25.000.000) de francs CFA.C’est dire tous les efforts qui sont en train d’être consentis au niveau de cette région, aux potentialités énormes, dans un contexte toujours marqué par la pandémie de covid-19.Ce nouveau financement accordé aux femmes du Réseau des Femmes de REFAN que je félicité au passage pour la grande mobilisation et l’accueil chaleureux permettra, à n’en pas douter, de renforcer leurs activités et de contribuer à leur autonomisation. Pour terminer je voudrais adresser mes félicitations à madame KORKA DIAW ainsi qu’à toutes les femmes du Réseau qu’elle dirige de mains de maître pour leur parfaite organisation et leur dynamique entrepreneuriale.A Tous les acteurs présents, je dis merci pour l’intérêt que vous portez aux programmes et produits du FONGIP, et par-delà, à la vison politique du Président de la République, son Excellence, Monsieur Macky SALL pour un Sénégal de tous, un Sénégal pour tous.

Je vous remercie de votre aimable attention.  

Posted in À LA UNE

Dans la Perspective des Législatives Ousmane Diallo Décroche le Mouvement Dal de Cheikhna Guéye pour Benno Bokk Yakaar

Le responsable apériste, responsable moral du mouvement ( Syldev And Nawlé ) est parvenu à convaincre le mouvement Dal ( Deuguou And Liguèye) du président Cheikhna Guéye à rouler pour la coalition Benno Bokk Yakaar lors des prochaines élections législatives. Mettant à profit la cérémonie de lancement de cette union, Ousmane Diallo et Cheikhna Guéye ont réitéré leur ardent désir d’œuvrer, main dans la main, en vue d’une victoire éclatante de Bby au soir des élections législatives de 2022.

Posted in À LA UNE

Affaire Gas – Mansour Faye : L’ Analyse de Aar Linu Bokk Saint Louis

« Partant des constats du déroulement de ce procès qui opposait monsieur le maire Mansour Faye à notre camarade Gas El Salvador, cette rencontre est programmée pour éclairer l’opinion sur ce qui s’est réellement passé. Nous regrettons et compatissons avec tous les saintlouisiens et, particulièrement, sa famille du décès de l’ ‘avocat Me Pape Jean Sèye et prions pour le repos de son âme en paix. A l’entame de cette déclaration, nous ne pouvons pas manquer de souligner tous les nobles actes que Monsieur Alé Thiam dit Gas ne cesse de poser pour les saintlouisiens et ses énormes sacrifices. Gas El Salvador a pris des initiatives à plusieurs reprises de venir en aide aux nécessiteux de la ville par des élans de solidarité, dans nos structures de santé, à travers des quartiers défavorisés, des familles démunies et exposées dans la précarité, l’injustice exercée sur des citoyens, etc… pour ne citer que celles_là.Gas s’est érigé comme un modèle imbu de son courage dans la transmission de la bonne information, un exemple à suivre pour la résilience et la résistance à l’oppression inutile. Nous réitèrons notre fierté et pour le frère Gas et pour tous ses avocats que nous remercions aussi. Nous voulons citer Me Naham, Me Abatalib Gueye, Maître Diédhiou, sans ounlier Me Khoureishi Ba qui s’est déplacé de Dakar à SaintLouis. Leur dextérité et leur brillance ont été d’un effet dévastateur face aux légers chefs d’accusation de l’omnipotent ministre de la République qui s’est rabaissé plus bas que terre. Grâce au soutien de tous ces vaillants avocats et patriotes, Gas a eu gain de cause sur Mansour Faye parce qu’ayant présenté les preuves de toutes ses allégations. Nous tenons à éclairer l’opinion que Gas est en prison par la volonté du procureur .Ce dernier a jugé le condamner d’une peine d’un mois de prison et assorti d’une amende de 100 mille francs pour diffusion de fausses nouvelles et discrédit sur l’ institution publique. La question qu’on se pose est pourquoi le procureur ne s’est autosaisi lui même, sans attendre que Mansour Faye n’émette une plainte contre Gas. En définitive. si on se limitait à la plainte de Mansour Faye, Gas serait purement et simplement libéré. Cette défaite ne l’ayant pas servi de leçon, il se permet de poursuivre un autre patriote du non de Amadou Dieye qui n’a fait que dire ce que tous les sénégalais ont clamé sur tous les toits. Il est important de faire revenir M. le Maire à la raison. D’autant que l’intimidation ne serait un moyen de dissuasion dans un pays de droit comme le Sénégal. La liberté d’expression est un droit inaliénable et il appartient à nos autorités de garantir une démocratie en consolidant les bases d’un dialogue contradictoire sur la manière de gérer les deniers publics. Nous allons continuer à dénoncer les arguments de la force par la force des arguments ».