Assurance Agricole : La Médiation en QuestionS

Le besoin accru d’insuffler une nouvelle dynamique à la médiation des assurances, dont outre la localisation à Dakar de la plupart des requérants , les statistiques font ressortir une nette prépondérance des litiges liés à la garantie automobile, dicte la nécessité d’intensifier les actions de communication au niveau des régions de l’intérieur et plus particulièrement en direction des zones sylvo-pastorales,marquées par une quasi-absence, sinon une méconnaissance criarde dudit dispositif de résolution des conflits hautement apprécié par les usagers.

C’est pour cette raison que l’Observatoire de la Qualité des Services Financiers a inscrit dans son plan d’actions une série de tournées régionales qui font partie intégrante de la campagne de sensibilisation et de vulgarisation sur l’institution et ses missions, mise en œuvre depuis 2017, par la nouvelle Direction générale, parallèlement au déroulement du Programme d’Education Financière.

Le diagnostic des raisons justifiant l’absence quasi-totale des populations du Nord dans les statistiques tenues par le Médiateur des assurances fait ressortir entre autres causes, les suivantes qui nous semblent les plus prégnantes, à savoir :- La méconnaissance de l’existence du dispositif, dont la vulgarisation a été principalement centrée vers les régions du Centre, du Sud et de l’Est ;- La faible présence des compagnies d’assurances dans cette zone, malgré la consistance des niches de couverture potentiellement exploitables liées à l’importance des activités agro-pastorales, tout autour de la vallée et dans les bassins périphériques du Walo et au-delà ;- Le faible ancrage de la culture d’assurance au niveau des populations desdites localités, leur attitude passive à l’égard des risques et périls du fait de préjugés très tenaces alliant à la fois fanatisme et fatalité ;- Enfin, la méconnaissance des produits et servicescommercialisés par la compagnie nationale d’assurance agricole (CNAAS) ainsi qu’une totale ignorance des enjeux et intérêts de se doter d’une bonne couverture.

Toutes choses en considération desquelles, l’OQSF entend relancer ladite campagne, en partenariat avec la Direction des Assurances et la CNAAS, en mettant à profit, l’arrivée du nouveau Médiateur conjuguée au recul de la pandémie, en programmant une série de Réunions Publiques d’Information (RPI), en vue d’une part de promouvoir la couverture des risques agricoles et d’autre part de vulgariser les missions du dispositif de médiation des assurances logé au sein de l’Observatoire.

A cet effet, le Médiateur des Assurances a entrepris de réaliser une vaste campagne de communication et de vulgarisation des produits offerts par la Compagnie Nationale d’Assurance Agricole (CNAAS) qui se traduira sur le terrain par l’organisation de RPI dans les localités de Saint Louis, Richard Toll, Ndioum, Ourossogui et Linguère.

Lesdites RPI vont porter sur les points ci-après :    – Présentation de l’OQSF et de son dispositif de médiation ;- Présentation de la Compagnie Nationale d’Assurance Agricole (CNAAS)- Exposé sur les différents produits dédiés à la couverture des risques agricoles : excès de pluviométrie, incendie des récoltes ou des plantations, perte des récoltes ou des semences, sécheresse, incendie des bâtiments frappant le matériel agricole ou le matériel de pêche, mortalité du bétail, attaque des sautereaux ; épizooties ou accidents divers frappant les animaux ou le matériel, garanties- Présentation du bilan de la médiation des assurances tout au long de sa première décennie d’existence ;- Echanges.II. Objectifs visés de tournées régionales– sensibiliser les agriculteurs, éleveurs et pêcheurs sur les risques auxquels ils sont exposés dans le cadre de leurs activités spécifiques par la présentation des produits d’assurances et des garanties offrant une couverture adaptée pour les prémunir contre les différentes catégories de risques identifiés- développer l’assurance agricole qui accroît la capacité de résilience des agriculteurs , éleveurs et pêcheurs qui sont exposés à divers risques et périls à juguler , ce qui favorisera d’autant l’atteinte des objectifs d’autosuffisance et de sécurité alimentaire visés par les pouvoirs publicsqui subventionnent à hauteur de 50 l’assurance agricole.- corriger les disparités régionales dans l’accès à la couverture offerte par la CNAAS  à ladite filière, d’autant que les statistiques de production révèlent une sous- représentativité de la Zone NORD dans le portefeuille de la CNAAS, ce qu’il convient de corriger en offrant aux populations desdites localités, les opportunités d’accès à des systèmes de protection appropriés;- impulser la dynamique de croissance de l’assurance agricole au profit des populations et asseoir parallèlement le développement, la  pérennité  et la rentabilité de la CNAAS de façon à l’affranchir des subventions de l’Etat ;- Accroître la capacité de résilience des populations face aux périls et menaces redoutés à l’occasion de leurs activités.III. Résultats attendus

Les résultats attendus desdites RPI sont les suivants :- Eclairer et sensibiliser les éleveurs, agriculteurs et pêcheurs sur l’intérêt et la portée pratique des différentes garanties commercialisées par la CNAAS ;- Permettre aux exploitants de pouvoir faire un choix judicieux parmi les différents produits qui leur sont offerts ;- Accroître la capacité de résilience des éleveurs,agriculteurs et pêcheurs face aux risques auxquels ils sont exposés ;- Vulgariser le dispositif de médiation des assurances et promouvoir son appropriation par les populations.IV. Méthodologie

La tournée démarrera le 02 novembre 2020 et s’étendra sur une durée de 11jours (Cf. Chronogramme en annexe)

A cet égard, il est prévu au niveau de chaque capitale régionale le déplacement d’une équipe composée du Médiateur des assurances, de deux (02) experts, d’une assistante et d’un financier de l’Observatoire, et d’un (01) représentant de la Direction des assurances exerçant la tutelle du secteur et quatre représentants de la CNAAS. 

Préalablement au démarrage des tournées des démarches seront menées auprès des acteurs (chambres consulaires, groupements et associations professionnels d’agriculteursd’éleveurs et de pêcheurs, syndicats, opérateurs économiques) de façon à susciter une forte mobilisation et une participation de qualité aux RPI qui seront tenues danschacune des localités ciblées.

Il est prévu une présence de deux jours (2) dans chacune des étapes, dont une journée consacrée à la visite des autorités administratives et consulaires et une autre qui sera consacrée à la Réunion Publique d’Information (RPI) à laquelle prendra part une centaine de participants issus de la localité.

Par ailleurs, lors du séjour de l’équipe de la mission à chacune de ses étapes, la CNAAS animera un stand où seront exposés ses différents produits et services

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.