Posted in À LA UNE

Agression de Maïmouna Ndour : Le Quidam s’est Emparé du Contenu de son Sac …

Par Exclusif

_«La journaliste, Maimouna Ndour Faye, animatrice de l’émission Face à MNF a été sauvagement agressée, la nuit du vendredi 01 mars, après son émission avec le député Farba Ngom. 

Selon  le Quotidien « Source A »  après son forfait, le bourreau de Maimouna Ndour Faye s’est emparé de son sac, avant de le vider et puis s’enfuir avec son argent dont le montant. 

Les éléments de la Section de Recherches (SR) qui hérite de ce dossier,  ont récupéré l’arme du crime, un «couteau à pain», collecté les vidéos des caméras de surveillance et entendu le vigile qui a été libéré, le méme jour 

L’agression s’est déroulée à quelque 30 métres de sa villa, à 3 heures du matin, et Maimouna Ndour Faye a été secourue par un « homme effacé qui l’a transportée à l’hopital dans son véhicule 

D’après « Libération » contrairement à certaines déclarations, l’agresseur de la journaliste s’est ensuite emparé du Sac de Maimouna Ndour Faye, le Sac vidé de son contenu à l’exception des pièces d’identité, a été retrouvé par les gendarmes qui n’écartent aucune pis ».

Posted in À LA UNE

Agression de la Journaliste Maïmouna Ndour : Le Rames Condamne Fermement

Posted in À LA UNE

_ A Saint_Louis, la presse marque sa solidarité suite à l’agression de Maïmouna Ndour Faye. Une occasion pour les confrères et consoeurs de la cité de Mame Coumba Bang de dire « plus jamais ça ».

Posted in À LA UNE

Pour le Respect de la Constitution Aar Sunu Elections Sonne la Mobilisation ce Samedi à Saint-Louis

Posted in À LA UNE

Émigration Clandestine : Le premier ministre, Amadou Bâ Impute la Faute aux réseaux mafieux

_ Au lendemain du chavirement de la pirogue de migrants clandestins, aux larges des eaux de Sal_sal, dans la région de Saint_Louis, le premier ministre s’est rendu dans la capitale du Nord.Face à la presse, le premier ministre a rappelé que, pour l’essentiel, les candidats à l’émigration avec qui il a échangés ont un revenu mensuel qui leur permet de vivre. Amadou Bâ estime, en substance, qu’avec les trois mille ou cinq mille Fcfa qu’ils gagnent par jour, ces jeunes peuvent s’éviter de tenter hypothétique « Barsa ou Barsakh ». Sous ce rapport, pense Amadou Bâ, le problème n’est pas seulement économique. Ce sont, plutôt, des réseaux mafieux, bien organisés qui font miroiter l’Eldorado aux jeunes habités par la naïveté. D’où la nécessité d’accentuer la communication pour inciter les potentiels candidats à l’émigration clandestine à rester au pays. Dans la foulée, le premier ministre d’annoncer que rien ne sera de trop pour combattre ces réseaux mafieux qu’ils qualifient de fléau. Entouré des membres de sa délégation, Amadou Bâ n’a pas manqué de rappeler que les occupants de l’embarcation qui a fait naufrage à Saint_Louis sont issus de toute la sous_région. Quand bien même, il y a beaucoup de jeunes compatriotes parmi eux.Il convient de rappeler que le premier ministre Amadou Bâ, accompagné d’une dizaine de ministres, dont le ministre_maire de Saint_Louis a, d’abord, fait escale à l’hôpital régional avant de se rendre à la morgue de la grande mosquée où sont conservés certains corps sans vie. L’ hôte de Ndar à termine sa visite au quartier Gokhou Mbaxx, epicentre du drame. Vingt quatre heures aprés les faits, c’est toujours l’émoi et la consternation à Saint_Louis et son arrière_pays. Le triste sort des occupants de la pirogue continue de faire l’actualité. dans cette partie du pays. Si, le jour du drame, les recherches étaient localisées au niveau de la plage de Gokhou Mbaxx, les regards sont tournés, à présent, du côté de la plage de l’ hydrobase, de Gandiol_Tassinère, Pilote_Bar, ou Lompoul dans la région de Saint_Louis. Un phénomène que les spécialistes attribuent au courant marin qui charrie les corps au niveau d’autres zones, au gré du vent. Hier, d’autres corps sans vie, sont venus allongés la liste des victimes. Tout compte fait, selon certaines indiscrétions, en tenant compte des disparus, le décompte pourrait, allègrement, avoisiner la cinquantaine de mort.

Posted in À LA UNE

Saint_Louis : Une Embarcation de Migrants clandestins Chavire et cause Plus d’ une cinquantaine de Morts

_ Une cinquantaine de morts dans le chavirement d’une pirogue, à Saint_Louis dans la zone de Sal_sal, qui a pris départ à Joal, mercredi. Aprés prés d’ une semaine d’errance en haute mer, qui a mené l’embarcation jusqu’au Maroc, selon nos sources, les candidats à l’émigration clandestine ont échoué à Saint_Louis. A son départ, la pirogue avait, à son bord, trois cents voyageurs.
Pour l’heure vingt repêchés sont pris en charge à l’hôpital régional de Saint_Louis.
Il convient de noter que la mer continue de rejeter les corps sans vie au niveau du quartier Gokhou Mbaxx, notamment.

Posted in À LA UNE

Loi d’ Amnistie au Sénégal : Les Réserves du Forum Civil qui Invite à Situer, d’ Abord, les Responsabilités

SECTION SÉNÉGALAISE DE TRANSPARENCY INTERNATIONAL

Déclaration sur le projet de loi d’Amnistie initié par le Président de la République.

Dans son discours en date du 26 février 2024 tenu à Diamniadio, le Président de la République affirme que, « dans un esprit de réconciliation nationale », il va saisir « l’Assemblée nationale d’un projet de loi d’Amnistie générale sur des faits se rapportant aux manifestations politiques survenues entre 2021 et 2024 »

Le Forum Civil rappelle que l’impact d’une réconciliation nationale durable et consensuelle doit reposer sur la vérité et la justice. Une réconciliation préfabriquée ou arrangée même revêtue du voile de la légalité ne génèrera que de la haine, du ressentiment, de l’incompréhension gros de risques pour l’unité nationale. Les Sénégalais ont besoin de connaître la vérité, en situant les responsabilités sur les atrocités que des citoyens ont subies durant les événements survenus entre 2021 et 2024.

Durant cette période, des Sénégalais et des Sénégalaises ont vécu la terreur des violences extrêmes. Le secteur économique a été violemment impacté et des centaines de personnes, violentées, emprisonnées et plusieurs tuées. L’image du Sénégal en a pris un sérieux coup. Les familles sont dans le désarroi et l’angoisse permanents.

 Le Forum Civil rappelle aussi avoir reçu des victimes qui ont témoigné avoir subi des actes de tortures, de la part des forces de défense et de sécurité, des pratiques bannies par l’Etat de droit et l’esprit des lois de la République. 

Face à cette situation, le Forum Civil appelle le Gouvernement et la Justice du Sénégal à situer d’abord les responsabilités, socle indispensable d’une réconciliation nationale véritable.

Le Forum Civil considère cette initiative, inappropriée du Président de la République, comme une volonté manifeste d’ensevelir la vérité, une absolution, un permis de tuer, de torturer, de saccager des biens, de brimer, de détruire des vies et des familles, de balafrer durablement l’image du Sénégal, en consolidant le règne de l’impunité.

Pour ces motifs, le Forum Civil dénonce avec vigueur le projet de loi d’Amnistie proposé par le Président de la République.

Le Forum Civil, section sénégalaise de Transparency International demande que :

  • des enquêtes transparentes et indépendantes soient diligentées pour situer les responsabilités  sur les  «  faits se rapportant aux manifestations politiques survenues entre 2021et 2024 »;
  • des enquêtes approfondies soient menées sur le système de recrutement des personnels de défense et de sécurité  et les formations qui  leur ont été dispensées de 2020 à nos jours ;
  • la presse et des  initiatives citoyennes de continuer à collecter toute preuve permettant de faire jaillir la vérité;
  • les parlementaires refusent de s’engager dans cette voie sinueuse et compromettante  que trace ce funeste projet de loi.

Dakar, le 27 février 2024.

Abdoul Maliky BOUSSO,

Chargé des Programmes au Bureau Exécutif du Forum Civil.

Tel : 77 672 86 98

Posted in À LA UNE

Présidentielle 2024 : La Date du 2 Juin Retenue aprés le Dialogue National

*** la Liste des 19 du Conseil Constitutionnel Maintenue

*** les recalés et Spoliés Réexaminés

*** Macky Sall Va Assurer l’ Intérim Jusqu’à la Passation de Pouvoirs

*** Macky Sall Impose la Loi d’ Amnistie

Posted in À LA UNE

Au Dialogue de Macky Sall : Le Mcu Oppose de Larges Échanges sur la Place du Citoyen dans la Gouvernance du Pays

_ Au Sénégal, l’actualité brûlante reste marquée par le dialogue annoncé par le chef de l’ État pour espérer trouvé un accord autour de la date de la présidentielle et de l’organisation du scrutin. Le Mcu ( Mouvement Citoyen Universel) est d’avis que les différents acteurs du jeu politique ainsi que les forces vives de la nation doivent se retrouver autour de l’essentiel et échanger pour placer le Sénégal sur la voie de l’émergence. Cependant, le Mcu ne conçoit pas le dialogue national tel que préconisé par le président Macky Sall. En lieu et place de ce type de débat, Le Mcu préconise de larges échanges autour de la refonte de institutions et de la politique telle que pratiquée au pays de la Téranga.
A l’occasion d’un face à face avec la presse, organisé à Saint_Louis, le président du Mouvement Citoyen Universel n’a pas manqué d’insister sur le rôle de premier ordre que doivent jouer les citoyens
pour insuffler une nouvelle dynamique de développement. « L’ assemblée nationale est le lieu de l’expression citoyenne. La conception de la Constitution est du ressort exclusif des citoyens. La politique nationale doit être conçue par les citoyens. Les lois et les règlements doivent être définis et votés par les Citoyens. Le processus électoral doit être entièrement contrôlé par les citoyens. Le fichier électoral doit être supervisé par les citoyens » a fait noter Lamine Diack Diouf. En somme, c’est l’intime conviction du président du Mcu et ses camarades, il faut, aujourd’hui, un changement de paradigmes pour remettre le pays sur les bons rails. La force de frappe et la prééminence des politiciens doivent être réduites à leur plus simple expression. Désormais, ont_ils plaidé, le citoyen doit être au centre de tout.
« Les citoyens par le biais de l’ assemblée nationale, doivent être en mesure de contrôler et d’influencer l’action gouvernementale. Il faut limiter le rôle des partis politiques à la stricte fonction gouvernementale ».
S’exprimant, ainsi, à la veille du dialogue initié par le président Macky Sall, l’ancien candidat à la candidature pour la présidentielle a laissé entendre que « les partis politiques se sont octroyés le droit de représenter le peuple, court-circuitant l’appropriation des institutions par les citoyens ». A l’en croire,
« le vote est un détournement de la volonté populaire .
Le problème fondamental des démocraties modernes est que le peuple est représenté par les partis politiques.
Dès lors que le peuple est représenté il n’y a plus de démocratie .
Les partis ne peuvent pas représenter le peuple . Au nom de quelle légitimité devraient ils d’ailleurs le faire ? » s’est_il demandé.
Avant d’enchaîner : « nous sommes sous le diktat des partis politiques. Il est devenu impératif que les citoyens cessent de déléguer leurs pouvoirs aux partis politiques. Il est temps qu’ils prennent leurs responsabilités pour gérer eux-mêmes le pays en vue de sauvegarder leurs intérêts ».
« Dieu nous a aidés en arrêtant le bateau_ Sénégal, devenu fou, qui voguait dans un océan sans rivage. Si on prend le bateau c’est pour arriver à bon port » a rappellé Lamine Diack Diouf. Le président du Mouvement Citoyen Universel ( Mcu) poursuit en ces termes : « les partis politiques nous ont toujours menés vers l’impasse. C’est l’impasse ! Ce sera encore l’impasse. Ce sera toujours l’impasse » s’est_il désolé.
En réalité, les plénipotentiaires du Mcu sont fondés à croire qu’ « avec les partis politiques, c’est la politique de la terre brûlée où on ne peut semer aucune graine d’espoir. Ce dialogue devra être politique ou ne sera pas. Les espoirs qu’ils soulèvent devront être à la hauteur des attentes et des résultats obtenus ». En somme, espère notre interlocuteur, « le Sénégal doit aller à un dialogue pour pacifier, définitivement, notre espace politique et créer les véritables conditions d’un développement durable ».
Estimant que « le vote est juste un subterfuge qui permet de légitimer le dépouillement du peuple de sa souveraineté », le président du Mcu a précisé que, même, « les Présidents Abdou Diouf et Abdoulaye Wade nous convient au dialogue; oui eux ils ont toujours dialogué. Mais, entre leurs partis ! ».
Aujourd’hui, pour Lamine Diack Diouf, « il est temps qu’on dialogue avec les citoyens, les véritables acteurs du jeu politique. Sinon ce sera toujours l’impasse.
Impasse en 2000, le pays a failli brûler. Impasse encore en 2012 . Le pays a brûlé avec son cortège de violences et de morts. Impasse toujours en 2024, le pays a, encore, encore brûlé avec des dizaines de morts ».
« En 1993 un juge constitutionnel a été assassiné .
En 2024 un juge constitutionnel est accusé de corruption .
Jusqu’où iront donc les politiciens ? Jusqu’à quand allons nous laisser les politiciens déstabiliser et brûler notre beau pays et détruire sa réputation de havre de paix, de douce vie et de teranga » ? s’est interrogé l’expert minier. Qui dit « oui au dialogue.
Mais un dialogue politique inclusif , exhaustif et refondateur de notre société pour une véritable République citoyenne, démocratique et progressiste ».

Posted in À LA UNE

Présidentielle 2024 au Sénégal : L’ Impossible Dialogue qui Mène à l’ Impasse …