Navigabilité dans l’espace Omvs La Sogenav et la Cnr prennent langue

Pour asseoir une navigabilité sans faille dans l’espace de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal, la Société de Gestion de la Navigation sur le fleuve Sénégal a pris l’option d’instaurer une collaboration tous azimuts avec la Compagnie Nationale du Rhône en France qui a enregistré des résultats probants, dans ce domaine dans cette partie de l’Europe. Il faut dire que la navigation sur le fleuve Sénégal a connu une période florissante dans les années 1950 entre Saint-Louis du Sénégal et Kayes, sur une distance de 948km. Malheureusement, la grande sécheresse de 1973-1975, en plus du défaut d’entretien des fonds du fleuve par curage et/ou dragage, a freiné cet essor et fait apparaître plusieurs obstacles à la navigation. Aujourd’hui, seul le navire “BOU EL MOGDAD” assure des rotations régulières pour amener des touristes de Saint-Louis à Podor, sur l’île à Morphil. Pour relancer cette navigation, l’Omvs a décidé de réaliser le projet en deux phases: le Programme Prioritaire d’Investissement (Ppi) et le volet transport minéralier sur le fleuve. Ainsi pour répondre aux attentes des partenaires et populations des pays limitrophes, il est question d’assurer une navigation pérenne sur le fleuve Sénégal, de Saint-Louis au Sénégal à Ambidédi au Mali, soit sur 905km. Dans ce cadre, il est envisagé, selon nos interlocuteurs, la construction d’infrastructures portuaires à Saint-Louis et à Ambidédi. En Mauritanie devraient prendre forme les escales de Rosso, Boghé, Kayédi et Gouraye. Tout comme les escales de Richard-Toll, Podor, Matam et Bakel vont occuper une place de choix dans le schémat directeur de la navigation dans l’espace Omvs. A ce niveau, il convient de relever la volonté trés forte des décideurs des pays membres de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal, d’oeuvrer pour créer un lien profond dans l’optique d’échanges fructueux entre la Sogenav et la Cnr. L’objectif commun à ce beau monde est, en définitive, de bénéficier du vécu d’une quarantaine d’années des partenaires français de la Cnr. Aujourd’hui, ces connaissances empiriques de la Cnr, et c’est revenu dans les débats, à l’occasion du point de presse animé, de manière conjointe, par la Pdg de la Cnr, le Dg de la Sogenav et le Haut_commissaire de l’Omvs. Autrement dit, la convention paraphée, hier vendredi, par les deux parties au siège de l’Omvs à Saint-Louis, juste avant le départ pour la balade sur le fleuve à bord du majestueux bateau BOU EL MOGDAD, au pieds du pont Faidherbe, pour rallier le barrage de Diama, arrive à point nommé selon bon nombre d’observateurs avertis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.