Mamadou Aw, Coordonnateur de M2D Saint_Louis à Mansour Faye : ” Monsieur le Maire, Vous Vous Permettez ! Permetez_nous ! “

” La ville de Saint Louis a connu ces derniers temps des soubresauts, des oppositions, des querelles politico-citoyennes liées à la volonté du Maire Mansour Faye qui consiste à délocaliser sur une zone d’extension de Saint-Louis, le stade vétuste et dégradé rebaptisé au nom de l’illustre fils de la ville tricentenaire, Maitre Bacacar Seye. Qui, je le rappelle, fût assassiné dans des conditions jusqu’à présent non élucidées. Des voix non moins autorisées s’élèvent, s’affrontent par diverses opinions tantôt organisées tantôt influencées et téléguidées…
Cette bataille d’opinion laisse entrevoir une réelle obstruction des motivations des uns et des autres.
En effet nous restons convaincus qu’un comité composé de toutes les sensibilités et obédiences serait une bonne opportunité non seulement pour harmoniser les positions, si tant est qu’elles sont toutes uniquement mues par l’intérêt de la seule et unique cité, mais aussi pour prendre connaissance des arguments réels d’un tel projet appelé DÉLOCALISATION DU STADE Me Babacar Seye…
Ceux qui sont de notre génération et de celles d’avant ont connu le stade baptisé sous le nom de Wiltord, chargé de souvenirs, d’évènements sportifs et culturels, et ils seront d’ailleurs affectueusement pardonnés s’ils continuent à prononcer un tel nom pour designer le stade…
Ce qui est une indication nette que le stade Me Babacar Seye, ex Wiltord, n’est pas la propriété d’un Maire, d’un dignitaire, encore moins de Me Babacar Seye, mais celle d’une communauté bien plus large que le monde du sport.
Raison pour laquelle l’opinion de la famille de Me Babacar Seye n’etant pas des moindres, elle reste une opinion comme tant d’autres.
Nous émettons ces ecrits avec certitude que feu Me Babacar Seye n’a pas choisi la baptisation à son nom de ce stade et se retournerait dans sa tombe s’il apprenait que dans son riche parcours son nom est associé dans une quelconque polémique autour d’un terrain de jeu et de loisirs… Pour le respect de l’âme du defunt nous avons l’obligation de terrer cette guéguerre qui instrumentalise, expose et indispose la famille du defunt…
La réalité du problème n’est pas une délocalisation qui n’existe que de nom, mais l’érection en ces lieux d’un centre d’affaires.
Voila un projet dont on ne connaît jusque là ni les promoteurs, ni les maîtres d’oeuvres encore moins le moindre détails de ce à quoi il pourrait ressembler.
Le conseil municipal qui est l’organe légitime et habilité n’a jamais délibéré sur ce projet de construction de stade, ni sur l’aménagement de son espace, ni sur l’érection dudit centre d’affaires; et voila toute la ville qui s’enflamme sur une diversion chimérique oubliant les défis pressants qui se trouvent à nos bouts de nez.
Au Moment ou nous émettons ces écrits, il n’y a aucune goutte d’eau qui coulent des robinets de bon nombre de nos familles à Saint Louis, le refoulement des eaux usées et nauséabondes étouffent les riverains à Pikine, l’indicateur de chômage est au plafond, aucune lecture claire de la population sur les retombées de l’exploitation du gaz et du pétrole, les manquements criards et dangereux de l’etude d’impact environnemental de l’entreprise étrangère BP passés sous silence, voila une multitude de perles de la chapelle qu’il nous incombe d’égrener dans l’urgence.
Monsieur le Maire, votre mandat est arrivé à terme depuis très lomgtemps et à l’heure où vous nous devez des évaluations et un bilan sérieux et exaustif de votre mandat, vous vous permettez de prendre de telles décisions que ce mandat expiré ne vous permet plus de prendre, au nom de la légitimité pour ne pas dire de la légalité…
Hormis vos incompétences à vous ingérer dans les affaires qui dépassent les prérogatives du conseil municipal, qui ne s’est d’ailleurs jusqu’à présent pas prononcé sur ce sujet, vous vous permettez d’exproprier encore une fois de plus des citoyens démunis de leur site d’habitation sous prétexte d’ériger sur leur légitime sol un stade à coup de milliards tout en ignorant éperdument l’épineuse priorité de l’emploi et pas seulement des jeunes.
Des milliards ont été engloutis dans des édifices qui ont enfoncé de plus en plus la population dans une paupérisation absolue.
Monsieur le Maire, Messieurs les acteurs politiques, l’heure est arrivée de repenser un modèle endogène de développement.
Un modèle qui prend en compte les priorités et urgences, un modèle qui ne met pas la charrue avant les boeufs, un modèle qui n’est pas basé sur un mimétisme systématique “.
Mamadou Aw ..Militant social. Activiste.coordonateur du M2D Saint-Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.