Posted in À LA UNE

« BA NGUER EST UN MENTEUR ET IL SAIT QUE C’EST UN MENTEUR ! »

Par Papis Fadiga, Coordinateur Force Nouvelle, Porte parole Chargé de la Communication de la Jeunesse de l’ Apr Dagana, Porte parole Adjoint du Chargé de la Communication dela Cojer du département de Dagana

_ « Enjoliver la réalité pour se présenter sous un meilleur jour n’est pas bien méchant. Mais, chez certains comme Ba nguer, le mensonge est une seconde nature, ou un moyen de parvenir à des fins peu avouables.

Il est un menteur et il sait que c’est un menteur !

On peut toujours argumenter sur la parole politique et son rapport à la vérité, on pourrait philosopher même. Mais ba nguer n’est ni un tribun, ni un penseur, certainement pas un esprit brillant. Il est à Oumar Sarr ce que Farba senghor était à Wade : un escabeau.

Ses méthodes sont connues de tous, elles reviennent à détruire la vérité, de mentir radicalement et de pervertir le fait avec quelques fausses notes et rabacheries groupées. Bien que son dernier radotage ne mérite pas plus d’attention que les précédents et malgré notre repugnance à croiser le fer avec un jeune soi-disant inutile pour sa ville et suprêmement menteur, nous devons mettre en évidence une fois de plus ses grossiers mensonges. C’est un homme hargneux dont l’arme principale est le mensonge. Que le psychotique soit parfaitement à son affaire s’il s’agit de donner des mots sans aucun contenu de réalité ni aucune valeur d’engagement. “Oumar Sarr n’a jamais perdu une élection depuis 1996”? Quel terrible et grotesque mensonge !!

Mise a part l’élection présidentielle de 2019 ou son leader était “embauché ” comme espion du pouvoir dans l’opposition avec comme rôle principal le démantèlement du Pds, Oumar Sarr a été battu à plate couture à toutes les élections jusque dans son propre bureau de vote. On est plus sujet à la déception ou à la souffrance quand on a nourri plus d’illusions.

Tous les moyens sont bons pour servir sa politique de stigmatisation. Et il ne faut pas chercher bien longtemps pour s’apercevoir que ce trait d’esprit est maladif chez lui.

Ba nguer ment et il sait qu’il ment, c’est un menteur.

Selon lui, avec ” d’énormes moyens”, nous avons été “laminés” aux élections locales avec nos 20% là où son leader à plus de 60%.
Rappelons à ce mythomane, que nous avons eu aux locales un taux de 31%, moins de 20 % pour Yewi et pas plus de 50% pour son parti de “yobalema”. Pourtant son leader avait déployé les moyens d’une campagne présidentielle devant ses principaux adversaires qui ont l’âge de ses neveux. L’ambition de son chef est toute petite et reste personnelle, sa politique impure, inégalitaire et elle blesse la dignité du citoyen qu’il considère comme un objet passif qu’il faut conquérir à tout prix.

En nous parlant de dignité et de haine, ba nguer ment et il sait qu’il ment, c’est un menteur.
Comme j’ai eu a le dire récemment, il y’a l’urgence de soulever les fantasmes et les fragments de haine qu’abrite la pensée oumariste qui a déjà fait assez de victime: Diombass DIAW piégé, son honorabilité détruit par pure méchanceté. Et encore une fois de plus, c’est en désespoir de cause, le cœur meurtri qu’il verra Mouhamadou Makhtar CISSÉ devenir DG des douanes grâce a l’intervention de Karim Wade et d’Aminata Tall pour rétablir la vérité après l’avoir dénoncé au président Abdoulaye WADE qui voulait le nommer directeur de cabinet en le présentant comme un ami à Idrissa SECK. Ba nguer, voilà des actes qui illustre parfaitement la haine et le manque de dignité et tu dois être conscient d’une chose: le masque du mensonge, même bien porté, n’arrête pas la vérité.

BA NGUER MENT ET IL SAIT QU’IL MENT, C’EST UN MENTEUR.

LA PENSÉE JUSTE, LA PAROLE VRAIE, L’ACTE SENSÉ ! »

Posted in À LA UNE

Citée Parmi les Sociétés Débitrices de la Senelec : Les Précisions de la Saed

_ La Société Nationale d’Aménagement et d’Exploitation des Terres du Delta du fleuve Sénégal et des vallées du fleuve_ Sénégal et de la Falémé (Saed) a pour mission de de promouvoir le développement de l’agriculture irriguée en rive gauche du fleuve Sénégal et de la Falémé. Cette mission se décline à travers les domaines d’activités suivants : la réalisation des investissements publics, la maintenance des infrastructures hydroagricoles, la gestion de l’eau et de l’environnement, l’ aménagement rural et sécurisation foncière, l’ appui à la mise en valeur et à la professionnalisation, appui à l’entrepreneuriat rural privé.

Posted in À LA UNE

Mémorial Moussa Touré : Le Sargal Grandiose des Saintlouisiens

Posted in À LA UNE

Changements Climatiques : Kosmos Innovation Center Stimule une Saine Concurrence Chez les Jeunes

_ « Le changement climatique et le réchauffement de la planète auront des effets dévastateurs sur
l’ensemble de la planète, mais l’impact ne sera pas uniformément réparti et des économies comme le
Sénégal, qui dépendent fortement de secteurs sensibles au climat tels que l’agriculture, la pêche, la
sylviculture, l’élevage, le tourisme, les zones côtières et marines, le traitement des ressources
naturelles, l’approvisionnement en énergie… en ressentiront les effets beaucoup plus rapidement que
d’autres.
Le Sénégal a enregistré une croissance économique parmi les plus élevées d’Afrique – plus de 6% par
an entre 2014 et 2018. Par conséquent, quand l’économie croît, il y aura une croissance simultanée
de la demande énergétique et de l’émission de GES associée.
Si chaque secteur a un rôle à jouer, nous estimons que les entrepreneurs sociaux sont
particulièrement bien placés pour développer des solutions nouvelles, durables et rentables aux défis
auxquels l’humanité est confrontée.
Le programme du Kosmos Innovation Center (“KIC”) 2022 a pour objectif de contribuer au
renforcement de l’entrepreneuriat social innovant au Sénégal, avec un accent particulier sur
l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de ses effets. Cela se fera par
l’accompagnement technique et financier au sein de notre incubateur, d’entrepreneurs
innovants avec des projets axés sur l’adaptation et la mitigation des effets du changement
climatique.
Ceux-ci, à leur tour, contribueront à améliorer les moyens de subsistance (agriculture,
pêche, l’approvisionnement et l’utilisation de l’énergie, la sylviculture,….) et à accroître la
résilience climatique.
Ce que nous offrirons aux lauréats du Programme:
Neuf mois d’accompagnement avec Reach for Change pour les cinq lauréats du concours d’innovation, un renforcement des capacités, participation à des événements, de l’accès à un réseau d’entrepreneurs et d’un financement de démarrage.
Une subvention de 5000 dollars américains chacun pour financer le projet.
Une mise en relation avec de potentiels investisseurs lors des activités dédiées ».

Posted in À LA UNE

PetroGaz à Saint Louis : Ou La Nécessaire Relecture des Etudes D’ Impacts

_ « Un des grands défis de l’économie extractive en Afrique est d’en faire un levier du plein emploi et une activité suffisamment responsable pour un développement durable et inclusif. Ce qui est loin d’être le cas dans la plupart des pays africains riches en ressources naturelles du fait d’une gouvernance peu transparente, exclusive des aspirations des populations locales. La rente pétrolière profite plus au secteur privé international qu’aux pays qui les reçoivent pour exploiter leurs ressources. Une situation qui révèle une asymétrie dangereuse qui rend de plus en plus faibles les États au profit des investisseurs étrangers et de leurs compagnies multinationales qui exploitent les ressources dans des conditions juridiques et organisationnelles qui leur sont le plus souvent profitables. Également, l’exploitation des ressources pétrolières et gazières implique des conséquences écologiques souvent agressives au point de remettre en cause l’équilibre de l’écosystème et les moyens d’existence durables des communautés riveraines.
À cela s’ajoute l’urgence de la crise climatique ainsi que le respect de l’Accord de Paris qui exigent de réelles transformations socio-écologiques avec la transition énergétique vers les énergies renouvelables comme élément clé.
2020 qui devrait être l’année de l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris était surtout l’année qui a vu le monde plonger dans une crise sanitaire sans précédent qui a fini de toucher tous les domaines et les secteurs de la vie, présentant par la même occasion une multitude d’opportunités d’une transformation mondiale plus que nécessaire vers un développement non seulement durable mais absolument propre et respectant la justice sociale.
La pandémie COVID-19 a massivement changé le marché mondial du pétrole et de plus en plus de voix, y compris des compagnies pétrolières comme BP, annoncent que l’ère de la production pétrolière touche à sa fin et que le pic de production serait peut-être même déjà dépassé. Jusqu’à présent, ce débat n’a guère eu lieu au Sénégal, pas plus que la discussion sur les conséquences environnementales et sociales de la future production pétrolière.
Dès lors, une action incisive auprès des parties prenantes et au niveau de la planification et de la réglementation est importante pour privilégier les conditions qui favorisent l’intérêt des populations des pays riches en ressources naturelles et le défis contemporains de développement durable comme la crise climatique ainsi que la chute du marché du pétrole au niveau international.
Au Sénégal, il est important d’initier un dialogue citoyen et de redevabilité ouvert entre les citoyens et les décideurs suite aux dernières découvertes pétrolières et à leur exploitation annoncée en 2023. Cette finalité est en définitive une obligation constitutionnelle au Sénégal. L’article 25 de la constitution modifiée en 2016 exige de veiller au caractère transparent et démocratique de la gouvernance des ressources naturelles à travers une implication active du peuple sénégalais dans les processus et instances de prise de décision sur les ressources. Également de veiller à ce que ces ressources soient effectivement utilisées, à travers les politiques budgétaires mises en place, pour améliorer les conditions de vie des Sénégalais.es et leur assurer un bien-être. Enfin, il s’agira aussi, dans ce travail, de s’assurer que les citoyen.es sont suffisamment outillé.es pour assumer entièrement leur responsabilité et devoir de préserver les ressources naturelles dans l’intérêt national et dans celui des futures générations.
Après une première phase qui a consisté à organiser une contribution collective des organisations citoyennes nationales sensibles aux changements climatiques, LEGS-Africa compte organiser lesconditions d’une revue par les pairs des aspects environnementaux et sociaux sur l’exploitation du pétrole et du gaz au Sénégal. Et de leurs implications sur les moyens d’existences des acteurs économiques et communautés riveraines, notamment du secteur de la pêche artisanale.

C’est dans ce cadre que, mettant à contribution un expert environnementaliste, un travail préliminaire de revue de l’étude d’impact environnemental et social du projet de GTA a été initié. Ce travail de recherche a abouti à des résultats qui méritent d’être partagés avec les parties prenantes locales du secteur, notamment les communautés. C’est fort de cela que LEGS Africa compte organiser une session communautaire de discussion du rapport de la revue et d’élaboration d’u plan de suivi communautaire des impacts environnementaux et sociaux du projet , le jeudi 18 aout 2022, à 9h, à La Maison Rose, Saint-Louis.
Objectifs de l’atelier
De manière globale, il s’agira de partager le rapport provisoire de la revue scientifique de l’étude d’impact environnemental et social du projet de GTA avec les différentes parties prenantes locales, notamment les communautés riveraines à l’exploitation du pétrole et du gaz au large de Saint-Louis.
Plus spécifiquement, il sera question de :

  • Discuter le rapport provisoire d’analyse de l’EIES sous la guidance des termes de référence de l’étude ;
  • Inviter les communautés à partager leurs préoccupations relatives au suivi des impacts de l’exploitation du projet GTA et identifier les priorités locales ;
  • Elaborer un plan local de suivi des impacts environnementaux et sociaux du projet GTA par les communautés riveraines.
    Résultats attendus
  • Les résultats du rapport sont discutés par les participants sous la guidance des termes de référence de la mission ;
  • Les communautés ont partagé leurs préoccupations et les priorités locales sont identifiées ;
  • Un plan local de suivi des impacts environnementaux et sociaux du projet GTA est élaboré ».
Posted in À LA UNE

Parc des Oiseaux de Djoudj : Cosmos Energy Facilite l’ Enlèvement de 4 Hectares de Tipha

Zone humide à vocation internationale, le parc ornithologique de Djoudj est débarrassé d’une grande partie de ses herbes aquatiques envahissantes. Le partenariat entre les autorités du parc et les administrateurs de Cosmos Energy est passé par là. Aujourd’hui, l’ eau coule plus facilement au niveau des sites désherbés alors que les pélicans et autres oiseaux piscivores s’adonnent, aisément, à leur activité favorite qui consiste à pêcher et à se gaver de poisson. De même, avec ces hectares libérés qui sont autant d’espaces destinés à la nourriture, le parc peut accueillir 200 couples d’oiseaux piscivores supplémentaires. Au surplus, le retour d’une bonne navigabilité sur le bras du fleuve_Sénégal facilite les balades et autres activités relatives à l’écotourisme. Ce parc qui polarise sept villages ( Débi,Tiguéte, Diadiam 1, 2 et 3, Fourarate, Ronne ) s’étend sur 16 mille hectares à travers les communes de Diama, Ronkh et Ross_Béthio. Plus de 350 espèces ont eu à y séjourner selon certaines statitiques définies sur place. Parmi les espèces d’oiseaux les plus réguliers figurent en bonne place,, les pélicans, hérons, canards, limicoles, cormorans et autres anhingas. Il convient de signaler qu’ annuellement, quelque 3 millions d’oiseaux viennent hiberner dans cette partie du département de Dagana. Venues constater, de visu, l’effectivité des travaux d’enlèvement du tipha sur l’étendue d’eau, les populations riveraines ont magnifié le partenariat entre le parc de Djoudj et Cosmos Energy.

Posted in À LA UNE

« Quelques Mots à Propos d’un Tissu de Mensonges sur Dagana »

Par Abdoulaye Ba Nguer Conseiller Municipal, Commune de Dagana

_ « Quand on lit l’article plein de haine d’un certain Pape Moctar Diop à propos des résultats électoraux du département de Dagana, on est tenté de dire « les chiens aboient, la caravane passe ». Ce n’est quand même pas Pape Moctar Diop et son chef qui arrêteront la marche inexorable de Oumar Sarr. Ce sont Pape Moctar Diop et les siens qui avaient insulté dans un passé récent tous les responsables de l´APR du département de Dagana. Ce sont les mêmes qui avaient appelé au boycott de la dernière visite du Président Macky Sall dans le département de Dagana. Ils mentent à volonté mais peuvent-ils ne pas mentir ? Ils sont créés comme ça. Ils sont créés pour ça. Les faits sont hélas têtus. Depuis 1996, Oumar Sarr n’a jamais perdu des élections auxquelles il a participé dans sa commune. Pape Moctar Diop et les siens diront « il y a les élections législatives de 2017 ». Parlons-en. Pendant cette période sentant leur victoire impossible, ils ont inscrit frauduleusement des milliers de personnes dans la commune de Dagana, de tous les coins du Sénégal. Ils ont falsifié des certificats de résidence. Oumar SARR a montré au juge de l’époque plus de 1500 inscriptions frauduleuses avec toutes les preuves mais le juge avait refusé de supprimer les inscriptions volées transformées plus tard en votes volés. Ah oui, il y a eu le référendum de 2016 où Pape Moctar Diop et les siens ont préféré verser de l’eau dans l’urne du bureau de vote de Oumar SARR pour que le monde ne voit pas qu’ils sont poids plume devant Oumar SARR.Revenons en 2022. Aux élections locales, Pape Moctar Diop et les siens avec leur liste parallèle et leurs énormes moyens furent laminés avec leurs 20% là où Oumar SARR et sa liste ont eu plus de 60% dans la commune. Ils sont écervelés. Ils devaient pouvoir en tirer les conséquences et se taire à jamais. Les Daganois les connaissent à mille lieues. Aux élections législatives, le département triomphe encore. Oumar SARR a joué sa partition. C’est évident. Avec les candidats de BBY et tous les responsables du département quels que soient les partis. Plus de 61% c’est évidemment un succès. Là aussi Pape Moctar Diop et les siens tentent de ternir la victoire. Ils disent qu’il faut comparer par rapport à la présidententielle de 2019. Ils feintent d’oublier que Oumar Sarr n’avait pas voté et que son parti n´avait pas appelé à voter en 2019. Ce qui a été un avantage certain pour BBY dans Dagana. Et puis en 2019, il faut retenir que c’est le peuple au-delà des partis et des coalitions politiques qui avait voté et choisi Macky Sall. Si on ne part pas de ce constat, on déduira qu’aucun responsable APR n’a travaillé. La haine ne peut pas être utilisée comme un outil d’analyse. Il est heureux que les jeunes militants de l’APR du département, de toutes les communes, aient signé une déclaration se démarquant des mensonges de Pape Moctar Diop et de son chef.Disons-le quand même.Oumar SARR est dans BBY, vote et fait voter BBY. Certains, s’ils ont tant soit peu de dignité, devraient avouer leur forfait et dire pour qui ils ont voté et fait voter. Je pense bien évidemment au Chef de Pape Moctar DIOP dans la commune de Dagana. Mais peut-on attendre d’eux tant soit peu de dignité ? Et pourquoi tant de haine contre le Waalo, ses responsables et ses élus ?Pour conclure, je voudrais rappeler l’impérieuse nécessité de se concentrer sur l’unité de toutes les forces de BBY autour du Président de notre coalition, Macky SALL, afin d’engager, avec vigueur, la bataille des échéances de 2024 qui sont largement à notre portée au vue des réalisations exceptionnellement colossales du PSE et des perspectives plus que heureuses pour notre cher Sénégal 🇸🇳 à l’horizon 2035. Toute autre chose n’est que diversion inutile ».

Posted in À LA UNE

Benno Bokk Yakaar à Dagana en Lambeaux : Chaque Camp Réclame la Paternité de la Victoire des Législatives du 31 Juillet dernier

_ Au sein de Benno Bokk Yakaar à Dagana, l’on joue les prolongations une quinzaine de jours aprés les éléments législatives. Même dans la victoire, la coalition Benno Bokk Yakaar du Walo trouve le moyen de se diviser. Depuis la proclamation des résultats du dernier scrutin législatif, l’attelage de la coalition gouvernementale en lambeaux, vole en éclats. Depuis lors, deux camps s’opposent. Et chaque camp revendique la paternité de la victoire.
« Sois d’abord le Brack de ton bureau de vote avant de te réclamer Brack du Walo ». C’est en ces termes que certains apéristes et autres responsables de la coalition Benno Bokk Yakaar du département de Dagana ont ouvert les hostilités. Foncièrement contre les velléités de récupération de la victoire de Benno Bokk Yakaar par une certaine frange de la coalition présidentielle, ces walo_walo d’ annoncer que « nous regrettons la sortie du Ministre Oumar Sarr et ses acolytes, via un quotidien de la place, voulant insinuer que c’est grâce à leur transhumance que le Benno Bokk Yakaar a gagné le département avec un score de 61%. Ce qui est contraire à la réalité. Ces vendeurs d’illusions se trompent lourdement. Ils surfent, dangereusement, sur du faux ». « Ces résultats jugés peu satisfaisants, comparés aux dernières élections présidentielles où nous avions 67 % dans le département face à Oumar Sarr ( l’opposant d’alors), restent l’œuvre de tous les responsables de Benno Bokk Yaakaar sans exception aucune ».
A travers le communiqué du président des jeunes de la Cojer, ils font noter ceci : « nous avons gagné parce que les populations du Walo nourrissent toujours de l’affection pour le Président de la République SEM Macky Sall, grâce aux réalisations faîtes dans cette partie du Sénégal, depuis son accession à la magistrature suprême.
Nous avons gagné parce que les walo-walo sont d’accord avec le Président sur le choix des candidats investis qui bénéficient aussi de la confiance des responsables de Benno Bokk Yaakaar ». Avant d’ajouter : « nous nous désolons même de cette baisse drastique de notre performance, eux ils se permettent de réclamer ce résultat sans sourciller. Oumar Sarr et ses godillots ignorent que le Président Macky Sall a toujours envoyé ses hommes de confiance dans le département qui accompagnent efficacement les responsables à la base. Depuis 2017, ils travaillent ensemble et font des résultats probants sans embûche ni trompette ». Aujourd’hui, selon cette missive administrative, « La question qui se pose sous tous les toits est la suivante : quel est l’apport de Oumar SARR dans ce taux obtenu ?
C’est une tautologie de dire que ces politiciens malintentionnés cherchent à tromper la vigilance du Président de la République, en commanditant une certaine presse, oubliant ainsi qu’il est la personne, la mieux renseignée dans ce pays. Il détient les informations les plus exactes. En tant que président de la coalition Benno Bokk Yaakaar, Macky comprend aisément que ses lieutenants ont toujours gagné dans le département l’opposition qu’il se réclamait lui même de 2012 à 2020. Mieux l’histoire nous renseigne que Oumar Sarr, himself, qui cherche honteusement le titre de Barack du Walo a toujours été laminé à plate couture dans son propre bureau de vote aux élections législatives de 2017 et aux présidentielles de 2019 par ses responsables de Benno Bokk Yakaar du département qu’il cherche à minimiser politiquement ». Au surplus, pensent ces apéristes et leurs alliés, « étant familier aux défaites électorales, il doit respect et considération à ses vaillants et courageux hommes qui ont toujours tenu le flambeau de la coalition présidentielle dans le département. Ils sont loyalement avec le Président Macky SALL par principe et conviction. La récréation est terminée, nous ne pouvons plus permettre aux politiciens à la recherche de strapontins et de sinécures de semer la zizanie dans notre coalition, jadis très attractive et performante électoralement dans le Walo ».
En « réplique au goujat Pape Moctar Diop », coordonnateur de la Cojer dans le département Dagana, auteur du communiqué, les Pro_Oumar Sarr ont, ainsi, réagi : « dans un texte aux allures d’un tissu de mensonges, de songe-creux et d’haineuses vociférations, le goujat Pape Moctar Diop est revenu à la charge. Se réclamant, ainsi, de la Convergence des Jeunesses Républicaines ( Cojer) du département de Dagana, il a laissé suinter sa sale bave sur Oumar Sarr qui est, du reste, de loin son égal. Mais comme dit les Wolofs:”Kou beugueu siw dangay sagga walyou”( littéralement : “quand on veut se bâtir une réputation usurpée, on s’en prend à une personne qui te surpasse de très loin). Moctar, ce Pape des contre-vérités, des élucubrations, doit se taire et se terrer pour de bon ». « Nous portons à l’attention de l’opinion nationale et internationale que ce jeune ne parle pas au nom des Jeunesses Républicaines du département mais, d’une infime partie manipulée par des couards politiques qui s’abritent derrière ces garnements mal embouchés pour pour des desseins inavoués. Ils sont animés de mauvaise foi d’envie de brûler les acquis au niveau de notre département. Jalousie, quand tu nous envahis ! ».
Trés remontés contre la personne morale de la Cojer à Dagana et « ses commanditaires tapis dans l’ombre », les souteneurs du maire de Dagana de poursuivre : « le ministre Oumar Sarr est un homme de principe qui a toujours porté le Walo et les Walo-Walo au cœur. Pendant la pré-campagne et la campagne, il a été un fin réunificateur, mieux, un rassembleur pour mener la grande Coalition Benno Bokk Yakaar à la victoire finale. De l’arrivée de notre tête de liste nationale Mme Aminata Touré dite Mimi au jour du scrutin, il a été à la hauteur de sa mission et cela, personne ne peut le dédire ». « Pour dire, le Ministre Oumar Sarr a été le principal artisan de cette belle épopée de Benno Bokk Yakaar dans le département de Dagana avec ce score honorable de 62% et ce, avec l’apport des principaux responsables du parti présidentiel et alliés. Nous, nous restons toujours fidèles en la personne indiquée par le Président de la République. Ces sorties malencontreuses de gens qui ont signé un pacte avec le diable ne nous feront pas flancher » concluent les auteurs de cette contre_attaque. Aujourd’hui, cette chienlit nous rappelle que dans le département de Dagana, en dépit des voeux pieux et autres déclarations d’intention, le Benno Bokk Yakaar y est un énorme panier à crabes. En effet, à la légendaire guerre froide que se mènent, depuis des années, dans la commune de Dagana, Oumar Sarr, le ministre_maire et l’ancien ministre Mouhamadou Makhtar Cissé, est venue s’ajouter la frustration du Dr Amadou Mame Diop, député_maire de Richard_Toll, apériste de la première heure, qui verrait d’un mauvais oeil la trés grande place qu’occupe, actuellement, le transhumant Oumar Sarr, quand bien même surnommé, dans cette partie du pays, « lion du Walo ».

Posted in À LA UNE

Pour Services Rendus : La Commune de Ronkh Reclame le Retour d’ Ascenseur pour son Maire

_ « Sans détour: le maire Docteur Amadou Tidiane Ndiaye est le meilleur choix.
Nous population de la commune de Ronkh,
Nous militants de la grande coalition BBY,
Nous sympathisants du maire Docteur Amadou Tidiane Ndiaye, avons senti le devoir de témoigner notre reconnaissance au maire, Dr Amadou Tidiane Ndiaye qui s’est montré, depuis toujours, comme un serviteur exemplaire pour les besoins des populations de la commune et dans tout le Walo.Sa sagesse, sa manière d’agir ou de parler, et son engagement hors de tout soupçon d’intérêt personnel font de lui une fierté pour la commune de Ronkh et dans tout le département de Dagana.
Ce soldat circonspect du Président de la République trouve, aussi, son leadership communal et départemental sur ses preuves dans les domaines de développement et dans la nature de sa formation: maîtrisard en philosophie, docteur en anthropologie sociale, Dess en développement local.Ses expériences aussi, dans la vie économique, foyers des jeunes, Sg de l’amicale du Walo, lui ont permis une compréhension facile des réalités sociales et économiques du walo pour pouvoir orienter, perspicacement, ses efforts et stratégies dans des domaines qui répondent plus aux aspirations de la population.
Son attachement aux valeurs militantes et son engagement indéfectible auprès du Président de la République font de lui le leader archetypal dans le département de Dagana.
Politiquement il est un leader à haut rendement avec des astuces et une ingéniosité incommensurables allant dans le sens à promouvoir et à consolider la vision du Président de la République Macky Sall.
Lui, Docteur Amadou Tidiane Ndiaye, le “distinguo” du département de Dagana, se distingue par son efficacité et son sens élevé de la modestie: Au moment où des leaders, avec tous les avantages d’État, pataugent, se noient ou voltigent, le Maire de Ronkh, sans un quelconque soutien ou promotion, maintient tenacement la barque et caracole en tête, pour toutes les échéances électorales, avec des pourcentages qui dépassent largement les nationaux.
Au Président Macky SALL de prendre, à ses côtés, Dr Amadou Tidiane Ndiaye, le Maire de Ronkh, qui a fini de plaire tout le Walo par son savoir, son savoir être, son savoir faire et surtout ses compétences transversales qui riment fortement avec l’émergence du Sénégal,en général, et du Walo en particulier.
Au Président de la République, si la compétence, la fidélité, la cohérence et le culte du travail misé sur les résultats constituent les rayons au faisceau du mérite, alors la nomination du maire de Ronkh, Dr Amadou Tidiane Ndiaye, est devenue une demande sociale pour l’intérêt de tout le Walo ».

Posted in À LA UNE

15 Août 2022 : L’ Ascai,Toujours, en Bouclier contre les Dérives