Posted in Non classé

Les Maux du Pays en Quelques Mots

*** Au Sénégal, Tout le Monde Croit Tout Savoir

*** Au Sénégal, Tout le Monde Croit Être Plus Intelligent que Tout le Monde

*** Au Sénégal, Tout le Monde Croit Pouvoir Flouer Tout le Monde

*** Au Sénégal, Toutes les Fêtes sont Fêtées par Tout le Monde

*** Au Sénégal, Tout le Monde s’ Adonne à la Calomnie et la Médisance

Posted in À LA UNE

Ranérou_Ferlo et Vallée du Fleuve_Sénégal : Les Ressources Fourragères et Fermes Intégrées en QuestionS

_ « C’est avec un plaisir immense que je me retrouve aujourd’hui à Saint-Louis pour assister, auprès de vous, à l’ouverture officielle de cet atelier inter-régional de planification des actions de développement de cultures fourragères et de fermes intégrées dans les zones de Ranérou-Ferlo (Oudalaye) et de la Vallée du Fleuve Sénégal. Ce projet initié par l’ANAT entre dans le cadre de la formulation du Programme national de valorisation des ressources territoriales (PAVART), en collaboration avec l’ONG Enda Ecopop qui réalise cette étude.Monsieur le Gouverneur, Permettez-moi de sacrifier à la tradition en vous réitérant mes salutations et mes remerciements pour votre engagement et votre collaboration active à la réalisation de l’étude qui nous réunit aujourd’hui ici à Saint-Louis. Depuis son lancement, en effet, vous n’avez ménagé aucun effort pour mettre nos équipes de terrain dans d’excellentes conditions de travail. Enda m’a régulièrement rendu compte de sa collaboration fructueuse avec votre équipe, laquelle collaboration nous a valu les résultats de qualité que nous allons partager et améliorer au besoin dans les trois prochaines journées. Je vous remercie également pour l’appui constant apporté à notre chef de service régional Monsieur Ibrahima DIARRA que je félicite pour le travail de préparation sur le terrain de l’atelier. Monsieur le Gouverneur, soyez-en vivement remercié.Monsieur le Gouverneur, Je voudrais également souhaiter la bienvenue et exprimer mes vifs remerciements à tous les participants, qui ont bien voulu répondre à cette invitation et prendre part à cette rencontre.Votre présence massive est une preuve tangible de l’intérêt que vous accordez à la problématique de valorisation des ressources et potentialités des territoires.Comme vous le verrez Monsieur le Gouverneur, notre présent atelier est une étape importante du processus d’élaboration et de mise en œuvre du Projet de développement de cultures fourragères et de fermes intégrées dans les zones de Ranérou-Ferlo et de la Vallée du Fleuve Sénégal.L’atelier vise à partager, avec les différents acteurs territoriaux impliqués des départements de Saint-Louis, Dagana, Podor, Matam, Ranérou, Kanel et Bakel les résultats consolidés des consultations organisées par Enda Ecopop, il y a quelques mois (rapport diagnostic), d’une part, et à travailler sur la vision, les objectifs, les orientations et la stratégie de mise en œuvre du Projet, d’autre part. Mesdames, Messieurs, Chers invités,Je suis sûr que nos échanges qui seront participatifs et inclusifs, permettront d’établir les chaines de valeur pour les filières fourragères et laitières, de proposer des modèles de fermes accompagnés de business model, mais également de discuter et d’identifier des technologies innovantes pour le développement des filières fourragères et des produits animales, au bénéfice des populations de la vallée du fleuve Sénégal et de la zone du Ferlo. A travers ce projet structurant et les interventions qui en découleront, nous souhaiterions créer un effet de levier et d’entrainement pour un développement territorial diffus à l’échelle de toute la vallée du fleuve Sénégal et du Ferlo et sur l’ensemble du territoire national. Ce qui, in fine, permettra de poser de nouveaux jalons dans la mise en œuvre du PNADT à travers le PAVART qui, rappelons-le, est un programme stratégique de l’Etat du Sénégal cher au Président de la République, son Excellence Monsieur Macky SALL et dont la mise en œuvre donnera une nouvelle impulsion au développement économique de nos territoires et à leur attractivité.Monsieur le Gouverneur,Voilà donc les mots introductifs que je voudrais placer.Espérant que l’atelier sera un succès et que les propositions qui en découleront permettront d’ébaucher des idées de projets et leur faisabilité, je souhaite plein succès à nos travaux et vous remercie de votre aimable attention ».

Posted in À LA UNE

Organisations de la Société Civile et ODD : La Carthographie en QuestionS dans le Nord du Pays

_ « Le programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies (Agenda 2030) et ses 17 objectifs de développement durable (ODD) mettent en exergue des enjeux clefs qui appellent une action urgente à tous les niveaux et par toutes les parties prenantes. Dans ce sillage, les Organisations de la Société Civile (ONG et OCB) jouent un grand rôle et sont parmi les principaux moteurs de l’action face aux nombreux défis. Elles contribuent aux dialogues sur les enjeux du développement et à la gouvernance des politiques publiques mais leurs actions et impacts restent encore peu connus par le grand public. Bien que les organisations de la société civile en général soient très engagées dans la mise en œuvre des stratégies nationales de développement durable, leurs différentes plateformes existantes ont besoin d’un soutien stratégique pour favoriser la collaboration multipartite. C’est dans ce cadre que l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), conformément à son mandat et sa mission de développer la coopération au service de la transition énergétique et du développement durable, met en œuvre le projet de « Renforcement de la visibilité et de la mise en réseau des organisations de la société civile (OSC) œuvrant à la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) au Bénin, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Togo, dans le cadre du programme NEXUS ». L’objectif principal dudit projet est de favoriser la mise en réseau des acteurs du développement durable et d’améliorer la visibilité des efforts organisationnels existants de la société civile pour mettre en œuvre les ODD, dans chacun des 5 pays ciblés. A l’aide d’un dispositif via une plateforme numérique dédiée en ligne, il s’agira, dans un premier temps, de réaliser une cartographie des OSC actives sur les ODD dans chaque pays. Au Sénégal, la cartographie sera réalisée par le Conseil des Organisations Non-Gouvernementales d’Appui au Développement (CONGAD) à travers le Groupe de travail des OSC sur le suivi des ODD, avec l’appui technique et financier de l’IFDD et de la Fondation epicafrica. A cet effet, un processus d’information et de préparation des acteurs a été lancé à travers une série de rencontres avec des réseaux nationaux et locaux pour un inventaire préliminaire. Il se poursuit par l’organisation de consultations régionales sous forme de tables rondes sur toute l’étendue du territoire national ».

Posted in À LA UNE

Prix du Meilleur Conteur International : Zoumba Élevé au Grade de Trésor Humain Vivant par l’Unesco

Posted in À LA UNE

«  Il pleut sur la ville »

Une nouvelle de Louis Camara

  • Le récent tremblement de terre qui vient de frapper le Maroc en plein cœur nous rappelle de la plus cruelle et dramatique des manières, la précarité de la condition humaine mais aussi l’inéluctabilité du destin. Il nous ramène brutalement à notre propre fragilité et à notre vulnérabilité naturelle qui nous exposent à tout moment à d’inévitables tragédies. Face à ces épreuves que la nature lui impose de manière récurrente, l’homme est impuissant et se sent fondamentalement désarmé. Son seul secours, s’il est croyant, reste alors la prière qui lui permet de se tourner vers Dieu et les seules réponses appropriées sont la solidarité, l’empathie, l’entraide, la compassion. Les catastrophes sont aussi de grands moments d’élans humanistes où l’homme exprime souvent ce qu’il y a peut-être de meilleur en lui. Mais, il ne faut également pas oublier de le souligner, dans notre monde en proie à d’incessantes convulsions, le malheur des hommes ne leur vient pas seulement de la nature et, à côté des séismes, tremblements de terre, tsunamis, inondations et autres catastrophes, il y a aussi l’égoïsme, l’injustice, la violence, le fanatisme religieux, la corruption qui sont autant de maux tout aussi destructeurs. En dépit des progrès de l’humanité dans tous les domaines, en particulier la science, la technologie, la médecine, qui eussent dû apporter le bien-être à tous, l’homme reste « un loup » pour son semblable. La soif de pouvoir et de richesses, l’attrait irrésistible pour les biens matériels, font que sous les cieux, des minorités d’êtres humains continuent de soumettre leurs frères à la souffrance, à la misère, à l’injustice par des systèmes de prédation qui excluent l’écrasante majorité des sociétés de la jouissance des biens matériels pourtant communs. Le Sénégal, notre pays, n’échappe pas à la règle et ce que l’on observe ailleurs dans le monde, peut également se voir chez nous avec, bien sûr, nos propres réalités et spécificités socioculturelles. C’est de cela sans doute que notre doyen, l’écrivain Louis Camara, a voulu rendre compte à travers cette nouvelle satirique de belle facture, dans ce style littéraire fait de finesse, d’humour et de subtilité dont il a le secret. C’est avec plaisir que nous invitons donc les lecteurs de miroironeline à découvrir ce texte que nous sommes heureux de voir figurer dans les colonnes de votre site en ligne préféré.Miroironeline.

_ « Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur » ( Paul Verlaine)Il est bientôt neuf heures du matin et les rayons du soleil s’infiltrent par les volets à demi-fermés d’une petite chambre peinte à la chaux. Dans moins d’une heure, ils vont se transformer en lames de feu et se propager dans cet espace exigu où règne déjà une chaleur étouffante. Bouna sait qu’il est inutile de continuer à se vautrer dans le lit de fortune où il est étendu à côté de sa femme. Cela ne ferait qu’accroître sa fatigue et son stress. Madjiguène, elle, dort encore. Elle est roulée en boule, recroquevillée comme un hérisson, et des ronflements à peine audible soulèvent légèrement sa poitrine. Un vieux pagne décoloré lui recouvre le corps. Cette nuit encore, Bouna l’a entendue pousser des gémissements plaintifs. Depuis quelques temps elle est la proie de vilains cauchemars qui ne cessent de la hanter et de lui saper le moral. Pauvre Madjiguène… Bouna jette sur elle un regard plein de compassion ; l’envie lui prend de la serrer dans ses bras mais il préfère se lever doucement pour ne pas la réveiller. Au fond, il sait que cette précaution est superflue car sa femme va bientôt s’arracher des bras de Morphée pour tomber dans ceux du petit poste radio qui ne la quitte jamais et qu’elle allume surtout pour écouter la rubrique des avis de décès. Bouna ne comprend pas très bien l’intérêt particulier de Madjiguène pour ce qui lui paraît être de la délectation morose, un goût morbide pour une émission qui consiste juste à énumérer une kyrielle de morts, avec force détails généalogiques. Bien sûr elle n’est pas la seule à être accro aux « avis et communiqués de décès » annoncés d’une voix lugubre par des speakers ou speakerines que Bouna surnomme ironiquement « croque-morts radiophoniques ». Il se demande d’ailleurs si ce n’est pas là pour toutes ces personnes, une manière d’exorciser la peur incommensurable que leur inspire la grande faucheuse ! Interrompant ses pensées, il se débarrasse de la chemise puante de sueur dans laquelle il a passé la nuit pour en enfiler une propre, posée sur une chaise par Madjiguène. Après quoi il se dirige vers la petite cuisine où l’attendent des sachets de nescafé, quelques morceaux de sucre et un bout de pain tartiné de beurre, son petit déjeuner, et bien sûr aussi, l’indispensable cigarette du matin. Bouna se souvient avec un peu d’amertume qu’il lui a fallu faire le pied de grue à la boutique du coin pour que l’épicier accepte de lui faire un prêt payable à court terme. Que d’humiliations pour si peu de choses ! Malgré tout, Bouna n’ose pas trop se plaindre. Auprès de qui le ferait-il d’ailleurs ? La plupart des pauvres gars qui peuplent son quartier sont habitués à vivre dans le dur. Ce sont des oisifs professionnels ou des professionnels des petits boulots, boulots qui humilient plus qu’ils ne rapportent : mécanos d’occasion, éboueurs, « coxeurs », guides touristiques improvisés, vendeurs de bibelots à la sauvette, gargotiers ou gardiens chez les riches pour les plus chanceux. Certains font même fi de leur dignité pour tendre la main pendant que d’autres, plus téméraires ou tout simplement plus désespérés, sautent dans des pirogues de fortune et vont à l’assaut de l’océan qui deviendra le tombeau de la majorité d’entre eux. Il faut croire que ce pays est devenu un véritable enfer quand on voit tous ces tristes héros du quotidien qui ne rêvent qu’à d’inaccessibles eldorados et qui préfèrent risquer leur vie plutôt que de continuer à galérer dans une prison à ciel ouvert. Pour donner un peu de couleur à la grisaille de leur existence, ils passent le plus clair de leur temps à jouer au PMU ou au damier sur les « grands-places » où ils se retrouvent chaque jour pour savourer les « trois normaux » de thé chaud et sucré, ce breuvage anesthésiant dans lequel se diluent leur misère et l’amertume de leurs vies sans perspectives. Ils sont nés pauvres et s’apprêtent, avec un fatalisme à toute épreuve, à perpétuer cette triste tradition. Lorsqu’il les voit ainsi agglutinés autour d’un fourneau sur lequel bout une théière, Bouna se demande si l’un deux a un jour prononcé le mot espoir. Pourtant, les politiciens clament ce mot sur tous les toits en le teintant de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel au moment des élections. Ils en ont même trouvé un nouveau, « émergence », qui leur sert aussi à assaisonner leurs discours soporifiques. Alors ceux qui, comme Bouna, perçoivent un maigre salaire, n’ont guère le droit de pleurer sur leur sort, même s’ils sont endettés jusqu’au cou ou bouffés par les usuriers. Un salaire de misère vaut que la misère sans fards diraient ces joueurs de dames ! 2La télévision a diffusé en boucle des images des pluies diluviennes qui se sont abattues sur tout le pays. Le spectacle est impressionnant et parfois même apocalyptique. Quartiers entiers sous les eaux, maisons noyées, rues submergées, un vrai déluge ! Dans certaines localités, même les cimetières n’ont pas été épargnés et l’on peut voir des tombes flotter à la surface l’eau. La presse à sensation en profite pour publier des articles renversants, allant jusqu’à comparer des villes comme Ndar à Venise ou à la cité lacustre de Ganvié au Bénin. C’est sans aucun doute ce genre d’informations qui sont à l’origine du creusement de la fameuse brèche sur la langue de barbarie, devenue par la suite une véritable catastrophe écologique et un piège mortel pour les pauvres pêcheurs du village de Guet-Ndar qui tentent de la franchir pour se retrouver en haute mer! En effet, au cours d’une année particulièrement pluvieuse, des journaux avaient annoncé que si l’on ne prenait pas d’urgentes mesures, l’île de Ndar allait être engloutie par les eaux. La suite, tout le monde la connait… Bouna est assis dans le salon cossu de son beau-frère Mbagnick S…, son beau-frère, directeur des infrastructures aéroportuaires de Ndar. Il regarde d’un œil inquiet toutes ces images peu rassurantes qui défilent sur le petit écran. Se trouve également dans son champ de vision le petit public d’amis de son beau-frère, chefs de service ou directeurs de sociétés comme ce dernier, certains accompagnés de leurs épouses attifées comme des grues couronnées. Il y a aussi les « doungourous » du maître des lieux et autres lécheurs de bottes du même acabit. Tout ce petit monde a les yeux rivés sur la télévision, mais dans son for intérieur, Bouna se demande si ce sont réellement les images diffusées qui les fascinent ou la taille hors du commun du téléviseur que Mbagnick a acheté au cours de l’un de ses nombreux voyages à Hong-Kong. « Mon vieux ! Il pleut des cordes hein ! » s’exclame d’un ton gouailleur Moussa D…, le bedonnant inspecteur de la pêche fluviomaritime, « Si ça continue, Ndar risque d’être engloutie comme l’Atlantide » dit-il en terminant sa tirade ponctuée d’un gros rire vulgaire. Il est visiblement satisfait d’avoir pu faire étalage de connaissance au milieu de ses pairs aussi « cultivés » que lui ( à suivre…) »

Posted in À LA UNE

Lettre Ouverte à M. Amadou Mansour Faye, Maire de Saint-Louis.

Monsieur le Maire,

_ « Je tenais à vous sensibiliser sur la question préoccupante de la mauvaise gestion des inondations dans notre belle ville. Les inondations récurrentes ont un impact négatif sur la vie quotidienne des habitants, endommageant les infrastructures et mettant en danger la sécurité des résidents.

Il est crucial de prendre des mesures immédiates pour améliorer la gestion des eaux pluviales, en investissant dans des systèmes de drainage efficaces et en entretenant régulièrement les canaux et les égouts. De plus, il serait bénéfique de sensibiliser la population sur les bonnes pratiques en matière de gestion des déchets, afin de réduire les obstructions des canalisations.

De 2013 à maintenant, chaque année vous mobilisez votre jeunesse, à travers la COJER, pour une opération de pompage des eaux pluviales. C’est bien!

Mais est-ce que Saint-Louis a juste besoin de ces opérations ponctuelles et de circonstance? Chaque année c’est le même scénario qui se dessine. Dans les quartiers de Guinaw-Rail, Diaminar, Ndiolofenne (Gorée), Darou, Médina Marmiyal, Bango, les premières pluies sont synonyme de calvaire total. Où sont les services de l’Etat? Que vaut l’ONAS à Saint-Louis? Où en est-on avec le projet d’assainissement de la Commune?

Gouverner c’est prévoir! Durant 10 ans, vous nous amenez des motos-pompes et après? Il faut une solution pérenne et non pas toujours ponctuelle. D’ailleurs même, la gestion des motopompes et des moyens mis à disposition de vos équipes (municipales et politiques) doit avoir un suivi et une évaluation. Combien d’argent est investi depuis lors? Existe-t-il un rapport public sur les opérations hivernales? N’oubliez pas que c’est avec l’argent de la commune que vous donniez les dotations en carburant et motopompe, donc c’est votre devoir de rendre compte à la population saint-louisienne.

Faisant un peu hors sujet, je me glisse sur la gestion de votre personnel politique qui, depuis ces dernières années, est calamiteuse. Sauf votre respect! M. Le Coordonnateur Départemental, de part une gestion clanique, arbitraire et solitaire, vous avez réussi à mettre en declin votre parti (oups! la grande coalition présidentielle). Les mêmes pseudos-responsables de zone ont fait la prouesse de dégoûter tout le monde qui avait envie de vous soutenir. Les plus médiocres sont promus et insérés laissant en rade ceux qui pourraient être plus utiles. Vous les avez réunis en AG ce samedi pour préparer le parrainage. Attendez-vous à des exploits et de la sincérité de leur part? Les mêmes causes pour les mêmes effets, ils vous amèneront plus de cent mille signatures et aux élections prochaines vous n’aurez même pas vingt milles électeurs. Mais c’est comme si ce jeu de dupe vous plaît et que vous vous donniez toute la peine pour que cela perdure.
J’y reviendrais. Pataugeons toujours dans les eaux de pluie.

En agissant de manière proactive, vous pouvez minimiser les conséquences des inondations et améliorer la qualité de vie de tous les habitants de Saint-Louis. J’espère sincèrement que vous prendrez en compte cette préoccupation urgente et que vous mettrez en place les mesures nécessaires pour résoudre ce problème.

Je vous remercie de votre attention et de votre engagement envers notre communauté ».

Cordialement,
Petit Ndiaye
Doomou Ndar

Posted in À LA UNE

Saint_Louis : Les « 72 Heures » de l’ Asc Rokh Djiné ont Vécu

_ Le mouvement « Sama Gox Sama Yité » ne pouvait rater pareille occasion. Il fait dire qu’ « un quartier à la Une » sans ce mouvement d’utilité publique est comme un bol de lakh sans lait. En choisissant le président El Hadji Karim Ndiaye comme parrain de leurs « 72 heures », les membres et animateurs de l’ Asc Rokh Djiné ont, ainsi, donné plus de relief à leurs journées.
Sabar, jeux de l’esprit et thé_débat sur l’émigration et Set setal ont, ainsi, rythmé ces intenses journées d’échanges et de communion.

Posted in À LA UNE

10 éme Presse Foot : Gfm Remporte le Trophée devant Centrale Presse Thiés 3 : 1

Posted in À LA UNE

Conseil Municipal de Ross Béthio : Les Questions de l’ Heure Discutées

Posted in Politique

Présidentielle 2024 : Benno Bokk Yakaar Saint Louis Balise la Voie du Parrainage

Posted in À LA UNE

Avec une Perte de 69,32 % : L’ Union des Riziculteurs de Mboundoum Lance un Sos

_ Dans le Walo, l’union des riziculteurs de Mboundoum a connu une perte sèche de 69,32 %, lors de la défunte campagne agricole. Soit un taux de rendement qui oscille autour de 30%. Aujourd’hui, dans cette zone qui polarise quelque 29 mille âmes, et où 3341 hectares sont emblavés, de sérieux problèmes de sécurité alimentaire se posent.